Cognito ad dormiendum venit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Erich Maria Obermeyer
Fidèle

Messages : 28
Messages RP : 20
Bénédiction : Oniromancie
Métier : Etudiant

MessageSujet: Cognito ad dormiendum venit    Lun 9 Sep - 13:22

Persuasion. Auto persuasion plutôt. Surtout ne te réveille pas hurlant, surtout ne te réveille pas en hurlant. Même si ta foutue bénédiction te montre un crime horrible, du genre tout droit sorti d’un film d’horreur. Apparemment, ça n’a rien de tout ça. C’est même plutôt agréable comme début de rêve. Détrompe toi, mon garçon, les rêves qui commencent bien sont en général les rêves les plus terrible. Cela ressemble à une matinée comme les autres. Une place ensoleillée du Vatican, dans les quartiers modernes. Des enfants qui jouent, des gens qui passent. Et puis brusquement, le chaos. Tout explose, tohubohu de lumière et de poudres, vies qui s’envolent dans des tourbillons de feu et papier à tract. Tract contre le pape. Tu ne te réveilleras pas en criant, Mae, tu ne réveilleras pas en criant. Contrôle-toi, ce n’est qu’un vulgaire rêve, un mauvais rêve, un cauchemar, un bête cauchemar. Mais un cauchemar à prédiction. Il ne se passera rien de tout ça, si ça se trouve, ce n’est qu’un rêve à message caché, un rêve à énigme. Ou même, cela n’arrivera que dans bien longtemps, les autorités auront réussis à prévenir et il n’y aura pas de blessé. Espère, Erich. L’espoir fait vivre

Erich se réveille en sursaut, lassant échapper un cri rauque qui lui attire des regards surpris, comme des regards exaspérés. Bien, vieux, tu t’es réveillé juste à la fin du cours. C’est quoi, les prochains cours de la bourse ? L’allemand fronce les sourcils face à son voisin de gauche, un camarade, un ami, habitué à ses soudains endormissements. Allez, gros bêta, passe-moi ta clé USB que je te donne le cours. Erich lui dépose doucement la petite clé noire en le remerciant à demi-mot. Cela veut dire qu’il lui devra quelque chose, il lui rendra sans faute, ils ont l’habitude, ça fait trois ans que ça dure. Contrat tacite. Son ami prends les notes, lui les corriges, les remets au propre et les passe sous forme de fiche de révision, pour chaque cours manqué. Au fait, le petit génie te demande. Le petit génie a.k.a Professeur Eleonora Endrizzi. Surnom péjoratif resté de mise. Mae n’a pas compris pourquoi. Et ne cherche pas à comprendre. Il salue l’ami avant d’aller vers le bureau du petit amphithéâtre, bien suffisant pour accueillir les rescapés de la troisième année de médecine. Il attend silencieux devant elle avant de murmurer

« Vous m’avez demandé … ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Eleonora Endrizzi
Fidèle

Messages : 50
Messages RP : 43
Bénédiction : Maîtrise de la Lumière - Niveau 3
Métier : Professeur de sciences à la faculté Saint-Alexandre.
Habitation : Quartier résidentiel.
Fiche : Ici !

MessageSujet: Re: Cognito ad dormiendum venit    Lun 9 Sep - 13:48

Aujourd'hui, elle avait les étudiants en médecine. Ils finissaient généralement par être moins nombreux que les autres, mais aussi un peu plus attentifs. Du coup, cela avait le mérite de ne pas être des cours trop difficiles pour Eleonora. Disons qu'elle avait des épreuves bien plus ardues qui l'attendaient dans la semaine. Bien évidemment, cela ne l'empêchait pas d'avoir régulièrement envie de disparaître derrière son bureau, mais elle se laissait plus facilement aller à sa passion, ce qui rendait sa tâche bien plus facile pour elle. Et puis elle finissait par plutôt bien les connaître, c'était l'avantage. Plus ou moins. Et il y en avait d'ailleurs un que l'on retenait plutôt facilement, qu'on le veuille ou pas.

"Ah, Erich ! Oui, e...en effet."

Elle s'arrêta dans son geste, laissant en plan les affaires qu'elle était en train de ranger dans son cartable, pour porter son attention sur l'étudiant qu'on retenait aisément justement. Cela n'aidait pas vraiment la demoiselle à lui adresser plus facilement la parole, elle avait bien du mal à s'habituer à avoir des étudiants bien plus âgés qu'elle, mais bon.

"Je crois que je vous avais demandé un petit travail pour aujourd'hui... J... je l'aurais bien pris tout-à-l'heure mais je n'ai pas voulu vous... déranger..."

Déranger dans le sens où Erich était plongé dans un profond sommeil il y a encore cinq minutes. Il était difficile de ne pas le remarquer. Et, connaissant la jeune professeur, elle n'osa pas essayer de le réveiller, ce que tout autre être censé aurait fait.

"M...mes cours sont aussi ennuyeux que cela... ?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Erich Maria Obermeyer
Fidèle

Messages : 28
Messages RP : 20
Bénédiction : Oniromancie
Métier : Etudiant

MessageSujet: Re: Cognito ad dormiendum venit    Lun 9 Sep - 14:26

Il la regarde agir en penchant la tête, le voyant hésiter, bafouiller dans ses paroles. Le devoir ? Erich fouille son esprit. Oui, le devoir qu’il a fallu tirer trois fois parce que les deux premiers exemplaires ont servi de feuille de coloriage à une petite fille de cinq ans , qui s’est amusée à dessiner sur ce travail de recherche théorique sur les cellules souches et la transplantation , des moutons dans un pré avec un soleil coiffé d’un chapeau et de lunette de soleil , sur le second jet un océan bleu avec des bateaux et des poissons. Si bien qu’il a caché avec beaucoup de précaution le jet rescapé dans une pochette en plastique. Pochette en plastique qu’il cherche dans le fond de son sac en bandoulière noir, la tendant doucement à son interlocutrice. Comme elle lui avait demandé. Bonne norme typographique, devoir impeccablement présenter, espérant que le contenu est à la hauteur. Ne pas le déranger, il est vrai que ça dépendait des profs et des humeurs, certains se montraient même plutôt compréhensif, d’autre ignoraient, d’autres enfin sacquait. Cela dépendait, s’ils savaient où ou non, la raison de ces endormissement soudains … Mais elle, elle devait savoir, Erich en est presque sûr. Aussi est-il un peu mal à l’aise quand elle lui demande si son cours est ennuyant. Même très mal à l’aise

« Allons, Eleonora, je pense que ma mère a fait suffisament référence à « ça » lors de ses longs apéritifs dinatoire avec la vôtre. C’est un sujet de fierté pour elle, elle en est tellement … tellement … C’est d’ailleurs étonnant dans le cas contraire que cela ne soit pas remonté à vos oreilles, je pensais pourtant que toute la haute société Vaticane était au courant, j’avais peut être tort. »

Sarcasme doublé de fatigue. Il se lâche, il le sait, elle ne saura pas quoi dire ou faire de ces paroles. Mais elle n’y est pour rien, Erich, tu n’es pas juste envers elle. Il tente de se rattraper.

« Vous devriez avoir plus confiance en vous. Parmi votre précédent public, nombre sont ceux qui vous jalousent, pour qui vous êtes le petit génie de la faculté Saint Alexandre. Pourtant, ils sont là, ils suivent votre cours avec une assiduité plus ou moins grande. Si vous étiez ennuyeuse, ces gens ne se généraient pas d’aller travailler le sujet du cours en bibliothèque. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Eleonora Endrizzi
Fidèle

Messages : 50
Messages RP : 43
Bénédiction : Maîtrise de la Lumière - Niveau 3
Métier : Professeur de sciences à la faculté Saint-Alexandre.
Habitation : Quartier résidentiel.
Fiche : Ici !

MessageSujet: Re: Cognito ad dormiendum venit    Lun 9 Sep - 15:28


Eleonora prit le devoir que lui tendait Erich, le rangeant avec le reste de ses affaires après y avoir jeté un rapide coup d’œil. Il serait sûrement de qualité, elle ne se faisait pas vraiment de soucis à ce sujet. Par contre, elle baissa doucement les yeux sur un point invisible sur son bureau lorsque le jeune homme lui répondit.

"...J'étais probablement trop occupée à me cacher dans un coin alors qu'elles étaient en train d'en parler..."

Sombre, elle venait de le marmonner et releva bien vite les yeux, gênée, lorsqu'elle se rendit compte que cela lui avait échappé à voix presque haute.

"Ah... ahah... ou... oubliez ça... M... mais en effet, on dirait que je suis la seule à ne pas encore être au courant..."

La demoiselle soupira. On lui avait probablement dit, mais elle n'y avait certainement pas fait attention, allez savoir pourquoi. Elle se sentait bien idiote, pour le coup, encore une fois. Bon, au moins, visiblement, il ne s'agissait pas de ses cours. Enfin, cela ne devait pas être le cas de tout le monde, elle s'en doutait bien.

"J'imagine que vous avez raison..."

Mais elle en doutait évidemment encore. On ne se refait pas. Après tout il devait y en avoir beaucoup qui y étaient, à la bibliothèque. Sur ces sombres pensées, Eleonora acheva de ranger le reste de ses affaires et se leva, voulant à tout prix quitter les lieux avant de se faire peut-être hurler dessus par le prochain professeur qui aurait besoin des lieux. Ce n'est pas comme si ce n'était jamais arrivé.  Puisqu'il n'y avait désormais plus qu'eux dans la pièce, elle l'invita tacitement à la suivre puisqu'elle devait tout refermer derrière elle. Il ne voulait certainement pas rester à l'intérieur. La porte fermée, elle resta un instant plantée là, les yeux rivés sur sa main posée sur la poignée et perdue dans ses pensées.

"Et... et donc... c'est à cause de "ça" que vous vous... endormez... souvent... ?"

Maintenant qu'elle s'était couverte de ridicule et qu'elle ne risquait plus grand chose, elle avait fait tout le cheminement dans sa tête pour se rappeler des choses importantes qu'on aurait bien pu lui dire, jusqu'à parvenir à se faire sa petite idée. Il fallait bien qu'elle finisse par savoir, mieux vaut tard que jamais après tout.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Erich Maria Obermeyer
Fidèle

Messages : 28
Messages RP : 20
Bénédiction : Oniromancie
Métier : Etudiant

MessageSujet: Re: Cognito ad dormiendum venit    Lun 9 Sep - 15:56

Il croise les bras, soupire longuement. Se cacher, hein. Qui aurait intérêt à se cacher dans de tel moment, durant de telles réceptions alors qu’elle pourrait s’y faire de la connaissance qu’elle pourrait réutiliser pour le travail. Bon, cela lui va bien, il passe en général ce genre de fête entouré d’une demi-douzaine d’enfants plus sa fratrie à jouer au mistigri, à « devine qui je suis. », à un autre jeu de société en plateau trouvé dans la demeure ou encore à lire des contes et des légendes , voir les réciter (que voulez-vous, quand on a raconté plus de quarante fois l’histoire de la princesse au petit pois, figurez-vous qu’on la connais presque par cœur .) Parait-il que quand il fait partie des invités, les parents présents « oublient » de faire appel à une baby Sitter. Erich aimerait leur reprocher . Mais ne dit rien. C’est sa manière à lui de se cacher durant ces fêtes, certaines se fondent dans les murs, d’autres s’improvisent nounou. Avec le point commun que personne ne prête attention à eux. Cette situation lui permet de dormir sans que personne ne lui fasse aucun reproche et ne mette donc Mutter dans une situation inconvenante. Qu’en est-il pour la jeune femme .Promesse intérieur faite à lui-même. A la prochaine réception, je te sortirais de ton trou, petite souris, que tu le veuille ou non.

Il la suit, un peu en retrait, observant autour de lui avant de répondre calmement

« Il faut entre 6 et 8 de sommeil à un adulte pour que son cycle de sommeil soit considéré comme complet. Ma bénédiction ne me permet que dormir entre deux et quatre heures, grand maximum, par nuit, il m’est donc indispensable de les rattraper ailleurs. La fatigue, ça ne se contrôle pas et le café a des effets dévastateurs sur moi. Que ce soit vous ou le référent à lunette qui fasse le cours, je m’endormirais sans demander mon reste. Pour les examens ou quand il faut absolument que je reste éveillé tout en étant assis sur une chaise, je prends des gélules qui m’octroient un sommeil lourd durant la nuit et quelques heures sûres d’éveil. »

Il marque une pause, un long silence. Il explique encore et toujours la même chose, encore et toujours la même explication quand on lui demande si alors, il peut conduire ou quand il sera praticien, s’il pourra tenir une opération sans faire de bourde.

« Pourquoi vous ne relevez pas la tête ? Le sol est toujours le même, tous les jours. Il n’est pas très intéressant. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Eleonora Endrizzi
Fidèle

Messages : 50
Messages RP : 43
Bénédiction : Maîtrise de la Lumière - Niveau 3
Métier : Professeur de sciences à la faculté Saint-Alexandre.
Habitation : Quartier résidentiel.
Fiche : Ici !

MessageSujet: Re: Cognito ad dormiendum venit    Lun 9 Sep - 18:38

"Je... je vois... je comprends mieux..."

C'était à peu prêt ce qu'elle avait imaginé sur le coup et au moins, maintenant, elle n'était plus la dernière roue du carrosse. C'est vrai que sa bénédiction lui était tellement utile dans son besoin de discrétion qu'elle oubliait régulièrement que toutes n'en étaient pas toujours une justement, de bénédiction.

La main d'Eleonora se crispa sur la poignée de la large porte en réaction aux derniers mots d'Erich. Pour ne pas voir les autres est probablement ce qu'elle aurait bien voulu lui répondre sur le coup, mais vous vous doutez bien que ces paroles restèrent au fond de sa gorge. Alors à la place, elle laissa échapper un petit rire gêné.

"Ahah... ah... c... c'est vrai... c'est... une habitude..."

Elle releva fébrilement les yeux vers l'étudiant alors qu'elle lâchait finalement la porte et laissait retomber son bras le long de son corps. Une habitude, oui. Histoire de s'isoler et d'ignorer tout ce qui lui fait si peur. Malheureusement cela ne l'efface pas, elle masque simplement tout ça.

Eleonora leva doucement les yeux au ciel. Si le Pape avait fait tout ça, s'il avait été capable de faire tout ça, alors peut-être y avait-il vraiment quelqu'un là-haut ? Dans ce cas, est-ce qu'il l'aiderait si elle le lui demandait ? Non, il l'aurait certainement déjà fait, elle l'avait certainement déjà appelé sans s'en rendre compte. L'expression de la jeune professeur se fit plus triste, presque résignée.

"E...est-ce que vous pensez que... j'ai vraiment ma place ici... ?"

Elle était intérieurement désolée de dévier sur de tels sujets et de lui faire subir ses propres problèmes et autres interrogations presque existentielles, mais étrangement, les mots sortaient plus aisément de sa bouche, à cet instant. Ce n'est pas comme si elle était du genre à parler régulièrement d'elle-même. Mais après tout, elle était intelligente, oui, mais après ? Elle se demandait si cela faisait tout et si cela suffisait à compenser son flagrant manque d'assurance. Probablement pas. C'était du moins son propre avis, bien pessimiste.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Erich Maria Obermeyer
Fidèle

Messages : 28
Messages RP : 20
Bénédiction : Oniromancie
Métier : Etudiant

MessageSujet: Re: Cognito ad dormiendum venit    Lun 9 Sep - 19:17

Se courber, une habitude ? Une mauvaise habitude, une très mauvaise habitude. Pourquoi s’incliner en permanence et ne jamais voir tous le bien, toute la beauté du monde que Dieu a fait. Pourquoi ? Erich ne comprend pas ce petit brin de femme qui semble vouloir se fantomiser au moindre instant, à la moindre remarque. Pourquoi n’est-elle pas fière de ce qu’elle est devenue ? Elle doit combler sa famille de par sa réussite et peut être se combler elle-même ? Personne n’est donc fier d’elle ? Et puis, elle n’a rien du stéréotype du petit génie, pédant, imbu de lui-même. Il la voyait de manière régulière en cours, il l’avait remarqué, il le savait, il en était sûr, elle n’était pas comme ça .De quoi avait-elle honte, de quoi avait-elle peur ? Il ne savait pas peser ses mots, ni prendre les gens avec des pincettes, il était direct. Modérer c’est mentir, Modérer, c’est endosser un rôle qui ne convient pas, Modérer, c’est se voiler la face. Lui pourtant si attentif aux autres ne comprenait pas que les mots pouvaient être armes, des armes offensives très puissantes et blessante. Il avait vu cette main se crisper sur la poignée de la porte à sa question, ça l’avait marqué. Et puis maintenant, ce visage, cette expression, la même qu’Elise lors de ses moments de tristesse. Erich n’aime pas ce visage. Il n’aime pas beaucoup les humains non plus, les adultes en tout cas, ceux qui ne sont pas ses proches. Mais Eleonora a l’air d’une enfant d’apparence et de caractère autant qu’elle doit être savante. Son avis, sa place ici. Il n’aime pas parler, il n’a pas le choix. Il faut toujours expliquer aux enfants, pour qu’ils comprennent mieux. Toujours .

« Je pense … que vous avez une chance inouïe. Il y a une barrière générationnelle entre professeurs, vieux croutons emplis de savoir, fier de le partager, et les élèves, jeunes personnes qui trouvent les études intéressantes certes mais à 20 ans, il y a les études et il y a la vie sociale, l’amusement. Vous, vous avez le savoir et vous avez la jeunesse. Vous utilisez l’un mais n’avez-vous jamais pensé à utiliser le second ? Vous savez, dans la mythologie scandinave, on dit que l’arc en ciel est un lien entre le monde des hommes et le monde des dieux … Vous ne voudriez pas être l’arc en ciel ? »

Un sourire esquissé, une idée qui germe.
« Avez quelques choses à faire maintenant ? Je veux dire cours, séminaires, chose dans ce genre ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Eleonora Endrizzi
Fidèle

Messages : 50
Messages RP : 43
Bénédiction : Maîtrise de la Lumière - Niveau 3
Métier : Professeur de sciences à la faculté Saint-Alexandre.
Habitation : Quartier résidentiel.
Fiche : Ici !

MessageSujet: Re: Cognito ad dormiendum venit    Lun 9 Sep - 19:58

Eleonora écouta. Elle écouta attentivement. Elle écouta parce qu'il lui répondait et qu'il ne s'agissait pas, pour une fois, de quelqu'un qui lui parlait pour essayer de la rabaisser ou qui lui hurlait dessus sous prétexte qu'elle était bien plus jeune qu'eux.

"De... la chance... ?"

Elle l'avait murmuré pour elle, comme pour s'assurer qu'elle avait bien compris ce qu'il venait de dire. C'est vrai qu'au fond elle l'était certainement, chanceuse. Elle était intelligente, elle avait fait des études brillantes, elle avait eu facilement un métier que beaucoup devaient envier, elle était issue d'une famille plutôt riche. Oui, elle avait de la chance. Malheureusement cela ne le rendait pas heureuse puisqu'au final, elle n'avait que ça. Elle avait toujours été incapable de se lier à quelqu'un. Au début parce qu'ils refusaient de se lier à elle, ensuite parce qu'elle décidait de les éviter pour ne pas souffrir. Et puis un petit sourire suite à la belle image de l'arc-en-ciel.

Et la surprise à la question du jeune homme.

"E...eh bien je... euh... n... non... je pensais aller faire quelques photocopies pour demain e... et... euh..."

Voilà le meilleur moyen de la faire bafouiller bien plus que d'habitude. Eh oui, c'est possible.

"P...pourquoi cette question... ?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Erich Maria Obermeyer
Fidèle

Messages : 28
Messages RP : 20
Bénédiction : Oniromancie
Métier : Etudiant

MessageSujet: Re: Cognito ad dormiendum venit    Lun 9 Sep - 20:23

Ton plan marche, Mae, ton plan marche. La femme enfant commence à comprendre et ça c’est une réussite. Le plan marche, Mae, et tu en retire une certaine fierté. La femme enfant, sa bouille de petite fille, ses cheveux blond blé, et son tiers de mètre de moins que lui. Elle est libre, hein, ça c’est une bonne chose. Elle t’amuse la femme enfant, elle te plait et tu lui fais sentir peut être maladroitement. Ce n’est pas de l’attirance physique, pas encore ou pas du tout, tout du moins, plus des petits atomes crochus qui commencent à ressortir, se mettre en valeur et chopper ce qui leur convient
.

« Parce qu’on va changer de casquette, de rôles. »

Il lui prend la main pour l’attirer dehors, délicatement, comme s’il magnait une fragile poupée de porcelaine. Il marche à grand pas, la faisant trottiner derrière lui, bien conscient que ce serait inconvenant que des étudiants les voient ainsi, les ragots, ça va vite et c’est souvent faux. Mais les gens se plaisent à croire qu’ils sont vrai, leçon bien apprise, professeur Mutter. Il lui fait prendre des chemins de traverses, passant par les recoins de l’université bien connu des étudiants mais qu’elle peut être ignorait, de son statut particulier. Ils se retrouvent dans une zone de consigne –casier. Mae en ouvre un, et commence à trier dans son sac pour en sortir son portefeuille qu’il met dans une de ses poches. Il tend la main vers Eleonora pour lui prendre son sac

« Aujourd’hui et ce jusqu’à 6h ce soir, vous n’êtes Mademoiselle Endrizzi, responsable de td en biologie et je ne suis plus le jeune Obermeyer qui passe son temps à dormir en cours à cause de rêves prémonitoires stupides. Vous … Non, même mieux, Tu es Eleonora et je suis Mae, nous sommes issu tous deux de familles aisées et avons décidés de nous amuser cet après-midi que nos études nous laissent de libre. Bon par contre, pour que ça ait l’air vrai, il va falloir vous trouver une autre tenue, celle-ci fait vraiment prof. Qu’est-ce que vous en pensez ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Eleonora Endrizzi
Fidèle

Messages : 50
Messages RP : 43
Bénédiction : Maîtrise de la Lumière - Niveau 3
Métier : Professeur de sciences à la faculté Saint-Alexandre.
Habitation : Quartier résidentiel.
Fiche : Ici !

MessageSujet: Re: Cognito ad dormiendum venit    Lun 9 Sep - 20:54

"M...mais..."

Mais rien du tout, elle se faisait déjà entraîner à la suite d'Erich sans trop comprendre ce qu'il se passait. Enfin... elle le devinait peut-être, elle n'était pas si idiote que ça, mais cette simple perspective la mettait d'avance profondément mal à l'aise et elle aurait bien faussé compagnie d'un coup de bénédiction lumineuse à l'étudiant, mais elle n'en avait aucunement le courage. Alors elle se laissait guider.

Jusqu'à ce qu'ils s'arrêtent et qu'elle finisse par lui tendre son sac parce que c'est ce qu'il voulait visiblement et qu'elle ne trouva rien de mieux à faire à part ça et baisser la tête, relativement écarlate, à la suite des paroles d'Erich, en profitant pour analyser sa tenue au passage.

"D... d'accord mais... m... ma tenue... ? E... elle n'est pas bien... ?"

Elle l'aimait bien pourtant. Elle ne s'était jamais trop rendue compte qu'elle pouvait paraître aussi formelle, pour le coup. Mais la perspective de porter quelque chose d'autre la laissait passablement dubitative. Elle ne s'imaginait pas autrement, après tout, à part dans une tenue aussi sobre que discrète, histoire de passer un peu plus inaperçue.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Erich Maria Obermeyer
Fidèle

Messages : 28
Messages RP : 20
Bénédiction : Oniromancie
Métier : Etudiant

MessageSujet: Re: Cognito ad dormiendum venit    Lun 9 Sep - 21:21

Il la regarde la femme enfant. S’empourprer, rougir, se perdre en confusion. Il la regarde et ça lui arrache un petit sourire. Il a l’impression de s’être trouver une nouvelle petite sœur, c’est ce qu’il ressent, dans ses attitudes. Les mêmes qu’avec Elise. Sauf qu’Eleonora ne traine pas une peluche en forme de mouton partout derrière elle .Non, elle, elle trainerait plus un bouquin spécialisé de science. La tenue …

« Disons, que ça, c’est votre uniforme de prof. Vous n’allez pas sortir vous amusez avec votre uniforme si ? Enfin je ne connais pas grand-chose à la femme, à comment vous pensez quand vous vous changez, vous vous habillez … J’en ai absolument aucune idée à vrai dire. Ce serait peut-être mieux que vous choisissiez vous-même. »

A vrai dire, l’option shopping, surtout quand il est midi sonnante et que les crocs affamés sortent n’est vraiment pas ce qu’il le réjouit le plus. Mais le changement doit opérer jusqu’au bout, comme dans un jeu de rôle sinon, elle continuera à fixer le bout de ses chaussures et les carreaux de sol. Il faut qu’elle change de peau, qu’elle soit quelqu’un d’autre l’espace d’un instant .Juste une fille de son âge. Et puis, ça permet à Mae de s’auto prouver qu’il n’est pas l’être froid qu’on se complait à décrire, l’être silencieux et sans affection apparente. Son ventre gargouille, ça commence à presser. Figurez-vous que dormir, ça creuse, surtout quand on fait des rêves qui veulent dire des choses.

« En fait si. Voilà ce qu’on va faire, on va se rendre dans une galerie marchande, on mange au Fast Food, je ne sais pas si vous y avez déjà mis les pieds et ensuite on s’occupe de la tenue. Si on veut que ça marche, c’est indispensable .Vous avez votre porte-monnaie ? »

Il range le sac et ferme le casier, ajoutant la clé de ce dernier dans sa poche de pantalon, avant de lui faire signe de la suivre et de sortir. L’emmener suffisamment loin de la basilique et de la faculté pour qu’elles ne ressentent plus l’oppression, c’était le but. But poursuivie quand il la fit monter dans un tramway.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Eleonora Endrizzi
Fidèle

Messages : 50
Messages RP : 43
Bénédiction : Maîtrise de la Lumière - Niveau 3
Métier : Professeur de sciences à la faculté Saint-Alexandre.
Habitation : Quartier résidentiel.
Fiche : Ici !

MessageSujet: Re: Cognito ad dormiendum venit    Lun 9 Sep - 22:00

"Q...quand je m'habille... ? Je..."

Je rien du tout. Quand elle décide de ses vêtements le matin, elle ne pense à à peu près rien d'autre que ne pas mettre quelque chose de trop voyant, histoire de ne pas se faire remarquer ou, pire, apostropher par quelqu'un. On n'imagine pas à quel point quelqu'un qui vous adresse la parole est une situation difficile à vivre pour quelqu'un comme Eleonora. Choisir elle-même ? C'était un peu plus rassurant. La jeune professeur se détendit quelque peu, tout du moins, elle essaya.

"O...oui, je l'ai..."

Même si elle avait tendance à mystérieusement perdre la plupart de ses affaires, elle prenait grand soin de son porte-feuille qui, évidemment, constitue quelque chose de relativement important. Ceci dit, en toute franchise, il était vrai que le monde des fast food était quelque chose de passablement obscur pour elle, ses repas du midi se composant de ce qu'elle prenait à la maison, et ses repas du soir étant préparés par les chefs engagés par ses parents. Enfin, elle imaginait que cela n'allait pas la tuer.

Elle n'avait pas vraiment le temps d'y réfléchir de toute façon, elle devait déjà de nouveau suivre Erich. Le tramway, comme tous ceux qu'elle croisait ces temps-ci, lui rappela sa très mauvaise expérience avec un certain banquier lorsqu'elle avait raté celui du matin. Mais elle rangea ces sombres pensées dans un coin de sa tête, comprenant à peu près où l'étudiant voulait en venir avec son escapade.

Elle resta silencieuse le reste du trajet, se préparant mentalement à toutes les épreuves qui allaient arriver. Lorsque le moment de descendre à l'arrêt voulu par Erich arriva, Eleonora se contenta de le suivre de nouveau, zigzaguant entre les boutiques qui s'étaient rapidement étalées autour d'eux. Jusqu'à arriver devant une enseigne qu'elle devina être celle d'un fast food.

"C... c'est ici... ?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Erich Maria Obermeyer
Fidèle

Messages : 28
Messages RP : 20
Bénédiction : Oniromancie
Métier : Etudiant

MessageSujet: Re: Cognito ad dormiendum venit    Lun 9 Sep - 23:21

La femme enfant s’empourpre encore et encore. Il a un malin plaisir, Erich, à la voir rougir, teinter ses joues d’une douce couleur. Oui encore. Femme enfant frêle, timide, presque stéréotypée, celui de la personne sans aucune confiance envers elle-même. Et du coup, elle ne se croit pas digne de ce qu’elle est. Mauvais comportement, aurait dit Mutter. Elle l’aurait même répété, appuyé, afin que ses trois enfants d’adoption impriment .Ne ne jamais douter un tant soit peu de ses capacités. La bonne chose, c’est de savoir bien les estimer afin de ne jamais les surestimer et donc se mettre dans des situations difficiles, dangereuses ou encore compliqué. Dans son devoir de grand frère, Erich se voit maintenant obligé de transmettre ce savoir, comme un professeur à ceux qu’il considère comme en cours d’apprentissage de la vie, les enfants. Et Eleonora commence à faire partie de cette catégorie.

Mais il a un tiraillement au cœur en la voyant réagir, agir. Il a soudain l’impression d’amener un condamné à la potence, une bête à l’abattoir. Il se mord la lèvre, mal à l’aise. C’est vrai, depuis le début, il ne lui a pas demandé son avis. Il lui a presque, non même pas presque, il lui a imposé cette sortie, sans aucune arrière-pensée mais il ne lui a pas demandé son avis. D’autant plus que son visage à lui, si expressif tout à l’heure, au contact de la foule du Tram se fige, se tire, devient masque sans expression presque sans âme. Maintenant qu’on y est, il est inutile de faire demi-tour. Tu t’excuseras plus tard, Mae, bien plus tard. Quand on t’en donnera l’occasion.

Ils sortent du tramway, Erich esquisse un mouvement pour proposer son bras à Eleonora mais se ravise avant d’avancer, pour s’arrêter devant le Fast Food, reconnaissable à ses enseignes lumineuses. Il avance et se met dans la queue, lui faisant signe de rester derrière. Il commande un sandwich, quelques nuggets, des frites et enfin une glace, prenant son plateau avant de désigner un table libre, tête à tête, et de s’y rendre, la laissant commander ce qu’elle souhaite. Il attend qu’elle revienne et qu’elle s’installe.

« A partir de maintenant, on se tutoie. »


Silence. Il mord à pleine dents dans une nuggets couvertes de ketchup. Puis...
« Tu as envie de faire quelque chose, allé quelque part … En particulier ? Après les vêtements .Etant donné que je t’ai trainé de force ici. C’est à mon tour de te suivre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Eleonora Endrizzi
Fidèle

Messages : 50
Messages RP : 43
Bénédiction : Maîtrise de la Lumière - Niveau 3
Métier : Professeur de sciences à la faculté Saint-Alexandre.
Habitation : Quartier résidentiel.
Fiche : Ici !

MessageSujet: Re: Cognito ad dormiendum venit    Mar 10 Sep - 21:26

Eleonora esquissa un mouvement de recul au moment où les portes du fast food s'ouvrirent, mais il fut relativement bref et la demoiselle s'empressa de faire un pas à l'intérieur de l'enseigne, se postant docilement derrière Erich. Un bref regard autour d'elle lui fit remarquer... qu'un bon nombre de ses étudiants avait décidé de se donner rendez-vous ici à ce moment de la journée précis. Cette constatation entraîna chez Eleonora un léger mouvement de balancier caractéristique chez-elle, de ceux qui signifiaient clairement qu'elle voudrait bien déguerpir au plus vite. Mais cette fois, ce n'était vraiment pas une solution. Tant pis.

D'un regard presque affolé, elle suivit le trajet d'Erich de la caisse à la table qu'il lui désignait. Il... ne commandait pas pour elle ? Oh. Ah oui. Eh bien. Eleonora s'avança timidement en face d'une jeune femme qui lui demanda mécaniquement ce qu'elle désirait. La jeune professeur loucha un instant sur les grands écrans qui s'étendaient au-dessus des caisses, examina ce qui y était proposé, avant de finalement réussir à bafouiller qu'elle prendrait bien une salade et un jus d'orange, parce qu'au moins ça lui disait quelque chose et que ce n'était pas trop long à dire. Payant après avoir manqué de renverser la totalité du contenu de son porte-monnaie par terre, la demoiselle prit le plateau qui se présentait face à elle et se dirigea maladroitement jusqu'à la table occupée par Erich, s'y asseyant dans un profond soulagement.

"Je... j'ai réussi... !"

Victoire ! Elle n'était pas morte de honte ! C'était idiot, dit comme ça, mais sa fierté était palpable sur le moment. Tellement qu'elle en adressa un large sourire à son compagnon du moment. Puis, elle s'occupa de trier le contenu de sa salade, laissant méthodiquement de côté chaque tomate qu'elle trouvait. On ne se refait pas. Alors que son attention se porta sur un morceau de poulet coincé entre deux feuilles de salade, elle réfléchit un instant à la question que l'étudiant lui avait posée.

"H...hum... p... peut-être... simplement aller au parc... de la place... Je... je n'ai pas eu l'occasion d'y aller depuis un moment..."

C'était une idée profondément ringarde, elle s'en rendait bien compte, mais cela faisait un bon moment qu'elle n'avait pas pris le temps de profiter des monuments et de l'ombre des arbres de la place Saint-Alexandre, trop occupée qu'elle était à vouloir trouver le meilleur moyen d'être acceptée de tous. Mais peut-être qu'il n'allait pas vouloir s'imposer quelque chose d'aussi ennuyeux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Erich Maria Obermeyer
Fidèle

Messages : 28
Messages RP : 20
Bénédiction : Oniromancie
Métier : Etudiant

MessageSujet: Re: Cognito ad dormiendum venit    Mer 11 Sep - 20:17

Elle avait réussi. Mae hoche la tête en insistant bien, montrant de cette sorte qui la félicitait. Disons qu’il n’avait rien trouver d’autres pour lui montrer qu’il était heureux qu’elle réussisse ce simple exercice qui la rapprochait et la rattachait à une normalité toute singulière . Elle avait beau être une adulte enfant à ses yeux, ce qui avait tendance adoucir ses gestes à lui, à devenir un peu moins froid en présence d’elle, elle n’en restait pas moins une adulte. Il ne pouvait pas … c’était presque inconcevable, dans sa tête, parce qu’on lui avait répété encore et encore que pour les adultes, que son sourire autrement qu’esquissé semblait terriblement faux. Les enfants s’en fichent eux. Donc il sourit pour les enfants. Les adultes n’ont le droit qu’à la rare torsion de sa bouche, à ses yeux émeraude ne montrant jamais rien, à ses traits droits. Il s’en fiche. Et puis, il n’allait pas lui tapoter le haut du crâne, lui faire un shampoing, ce genre de chose, elle était quand même sa prof, bien qu’il lui ait dit qu’à partir de maintenant, c’était d’égal à égal, appuyant la décision par l’imposition du tutoiement.

En la voyant trier sa salade, éliminant une par une les tomates, les vieilles habitudes déclenchées par cette réaction plus appropriée à un enfant qu’à une adulte. Sans vraiment trop réfléchir, il attrape la petite fourchette en plastique, à deux dents, fournies avec les nuggets, et pique dans les tomates, les mangeant sans éprouver le moindre gène. Alternant tomates et nuggets ; puis attaquant le sandwich, il l’observe, la voyant proposer le parc. Pourquoi pas après tout. Nombre d’étudiants s’attardaient dans ce parc, pour réviser ou se détendre. Et puis, on pouvait se coucher dans la pelouse qu’on savait propre car parfaitement entretenue, et ça c’était très important, quand on dort souvent et beaucoup. Terminant le sandwich, laissant finalement les frites à peine entamée sur le côté, il ouvre sa glace, proposant une seconde cuillère d’un geste à Eleonora, pour qu’elle partage avec lui

« Va pour le parc. Par contre, je risque de m’endormir, question d’habitude liée à l’endroit. Mais si ça te fait plaisir alors ça me va. »

Il l’observe un instant détaillant sa tenue actuelle

« Par contre, on te prendra un pantalon, c’est mieux qu’une robe quand on est femme, dans un parc. Ce sera plus confortable , qui plus est pour s’assoir dans l’herbe .»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Eleonora Endrizzi
Fidèle

Messages : 50
Messages RP : 43
Bénédiction : Maîtrise de la Lumière - Niveau 3
Métier : Professeur de sciences à la faculté Saint-Alexandre.
Habitation : Quartier résidentiel.
Fiche : Ici !

MessageSujet: Re: Cognito ad dormiendum venit    Mer 11 Sep - 23:55

Eleonora le laissa bien volontiers se charger du cas de ses tomates. Rien au monde ne pourrait lui en faire manger. Absolument rien. Même si cela faisait quelque peu diminuer la taille de sa salade, c'était un mal nécessaire. Concentrée un instant sur ses dernières feuilles de salade, elle releva les yeux lorsqu'Erich lui tendit de quoi partager sa glace, ce qu'elle ne refusa pas, et reprit finalement la parole, acceptant, à son grand étonnement, d'aller ensuite au parc.

La bouche entre-ouverte, elle ne trouva sur le coup rien à répondre, trop surprise qu'on accepte de venir perdre son temps : de un dans un parc et de deux avec elle. Mais, alors qu'un frisson glacé parcourait l'intérieur de sa bouche, ses yeux se posèrent soudainement sur sa tenue qui était une fois encore au cœur de la conversation. Un pantalon ?

"V... hum... t... tu... crois ?"

Comme vous pouvez l'imaginer, la pauvre Eleonora a bien plus que bafouillé lorsqu'il lui a fallu opter pour un "tu" plutôt qu'un "vous", mais elle se reprit tant bien que mal, préférant éviter de s'attirer les foudres de son interlocuteur. C'était très étrange, pour elle qui s'adressait toujours respectueusement aux autres, et même excessivement.

"J... je ne suis pas trop à l'aise avec ça m... mais... d'accord..."

Oui, elle essaierait d'en porter un, même si ce n'était pas dans ses habitudes. Ça ne coûtait rien, enfin, façon de parler. Elle sentait sincèrement qu'elle devait le faire.

Et, sur ce, repas achevé, plateaux débarrassés et porte franchie, l'épreuve du relooking qu'elle redoutait tant se profilait, sinistre, à l'horizon. D'un regard, elle questionna Erich sur leur prochaine destination, elle qui n'avait pas vraiment l'habitude de faire des magasins autres que ceux qui se trouvaient à deux pas de chez-elle et dans lesquels elle pouvait passer moins de trente secondes montre en main.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Erich Maria Obermeyer
Fidèle

Messages : 28
Messages RP : 20
Bénédiction : Oniromancie
Métier : Etudiant

MessageSujet: Re: Cognito ad dormiendum venit    Jeu 12 Sep - 22:02

Elle a hésité. Un instant, un court instant. Il est vrai que le monde d’en haut, leur monde, laisse rarement place au tutoiement, préférant le vouvoiement solennel. Erich le sait, pertinemment, vu que lui-même vouvoyait avec toute la déférence qui se devait sa mère. Mais le tutoiement est signe de proximité et c’est pour cela qu’il a demandé, plus tôt, à Eleonora de jouer à cet exercice. Créer cette intimité qui jusqu’il y a une heure n’existait pas. Mais elle semble se prendre au jeu, la femme enfant, reprenant rapidement le tutoiement. Même, elle acceptait de piocher dans sa glace, transgressant un interdit de politesse de tenue à table des plus grands. C’était une bonne chose d’apprendre à transgresser. Une très bonne chose, un symbole de liberté d’esprit et de pensée l’espace d’un instant, d’un court instant, d’un très court instant. Apprendre à se lâcher.

Erich hoche la tête vigoureusement quand elle semble avoir un doute sur le fait de porter un pantalon. Oui, c’est indispensable surtout qu’ils vont probablement s’assoir dans l’herbe et de ce fait, la robe pourrait créer multiples mauvais regards et malentendus. Gênant pour elle surtout. Et ce n’est en aucun cas le but de cette après-midi. Il la regarde finir de manger, commençant à remballer le plateau, pensif, tentant de réfléchir. Il cherche dans son esprit, sa mémoire une boutique qui conviendrait à Nora. Cette boutique dont il a attrapé le descriptif et l’adresse en écoutant vaguement une discussion entre trois filles assise derrière lui dans l’amphithéâtre. Il s’endormait à moitié à ce moment, donc il faut faire fortement appel à sa mémoire, celle utilisée avant qu’elle ne soit occultée par le rêve prémonitoire. Ah ça, le rêve, il s’en souvient, dans les détails les plus précis. La boutique, par contre. Tant pis, il la cherchera sur un plan en y allant.

Il se lève et va vider les plateaux, attendant qu’Eleonora le suive, cherchant le dudit panneau avant de s’en approcher. Cinq minutes de rechercher à travers des noms de dizaines de boutiques plus tard, il a trouvé, pas loin. Il fait signe à la jeune femme et lui indique de loin la boutique dont on aperçoit l’aile de fer qui sert d’enseigne au loin. En y allant, il tente de lui expliquer exactement le fonctionnement

« Si on va dans cette boutique, c’est parce qu’elle a un fonctionnement quelque peu… Spécial. Tu y entre, une vendeuse te prend en charge et apparemment, d’après des filles qui y sont allées, tu lui donne un budget et d’autres indications si tu le souhaites. De là, la vendeuse te propose diverses tenues qui corresponds à ta demande et t’aide à choisir. Ce sera donc à toi de jouer quand on rentrera. »

Il se présent au comptoir de la boutique et murmure à l’oreille d’une brunette qui vient s’occuper deux quelques mots, dont le budget, indiquant Eleonora. Oui parce qu’il compte bien payer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Eleonora Endrizzi
Fidèle

Messages : 50
Messages RP : 43
Bénédiction : Maîtrise de la Lumière - Niveau 3
Métier : Professeur de sciences à la faculté Saint-Alexandre.
Habitation : Quartier résidentiel.
Fiche : Ici !

MessageSujet: Re: Cognito ad dormiendum venit    Jeu 12 Sep - 23:05

Après être entrée dans la boutique, qu'elle ne connaissait donc vraiment pas au final, Eleonora était déjà prête à sortir son portefeuille dans la perspective de payer. Alors, elle lança bien évidemment un regard plein de surprise à Erich lorsqu'elle comprit qu'elle n'allait rien avoir à débourser. Et pourtant, Dieu sait qu'elle était bien plus disposée à payer pour un pantalon que pour remplacer la chemise tachée d'un banquier qui hantait désormais régulièrement ses cauchemars. Comme s'ils n'étaient déjà pas assez cauchemardesques, justement. La jeune professeur se résigna toutefois, sachant pertinemment qu'elle n'avait probablement rien à redire, pour le coup.

Elle avait toutefois retenue un bon point, qui s'incarnait présentement en une jolie vendeuse qui se tenait à ses côtés : elle n'aurait pas à déambuler, complètement perdue, dans les rayons du magasin, ni à se diriger instinctivement vers le rayon des articles à moitié prix, là où on trouve généralement tout ce qu'il y a de plus banal.

"J... je voudrais quelque chose de simple... s... s'il vous plaît..."

Si elle n'avait qu'une seule et unique requête, c'était celle-là. Elle ne s'imaginait vraiment pas porter une tenue trop excentrique, ou trop colorée, ou trop quelque chose. Elle se sentit donc obligée d'indiquer au moins cela à la vendeuse qui allait s'occuper d'elle, même si elle se doutait bien que simple n'allait pas sonner à ses oreilles comme à celles de l'employée. Et à la vue des ensembles que la jeune femme commençait à montrer à Eleonora, la professeur arriva à la conclusion qu'elle avait bien fait de préciser "simple" et qu'elle ne voulait absolument pas savoir ce qu'était une tenue excentrique pour la vendeuse.

"E...encore plus... simple..."

Elle acheva sa phrase d'un "Par pitié" totalement inaudible. Finalement, après nombre d'essayages durant lesquels Eleonora passa par à peu près tous les styles, n'osant à chaque fois pas croiser le regard d'Erich, la jeune blonde arriva finalement à se sentir bien dans l'une des tenues que l'on lui proposait. Un haut proche de la chemise, oscillant entre blancheur et lavande, et pour le fameux pantalon, un flare noir. Elle restait relativement sobre, comme elle le souhaitait, mais cela lui donnait indubitablement une petite touche distinguée qu'elle ne parvenait pas réellement à avoir avec ses tenues habituelles, le tout sans être trop formelle. Il n'y avait pas à dire, pour le coup, cela la changeait grandement, et elle avait même l'impression de prendre un coup de jeune du haut de ses malheureux dix-sept ans et d'être bien plus mise en valeur. Et, après s'être longuement observée dans la glace qui lui faisait face, elle porta finalement son attention sur son compagnon de shopping du moment.

"C...c'est comment... ?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Erich Maria Obermeyer
Fidèle

Messages : 28
Messages RP : 20
Bénédiction : Oniromancie
Métier : Etudiant

MessageSujet: Re: Cognito ad dormiendum venit    Ven 13 Sep - 19:49

Erich se met dans un coin de la boutique en la laissant dans de bonnes mains. On lui propose un tabouret pour attendre et il s’y assoit. Position propice au sommeil qui revient automatiquement le tarauder. Elle risquerait de mal le prendre, la femme enfant, elle croirait qu’elle l’ennuierait. Petite voix de tentation. De toute façon, elle ne te voit pas et n’étant jamais allée dans ce genre de boutique, elle va y passer des heures … Mais ce ne serait pas correct, vraiment, de s’endormir là. Mae réprouve un bâillement, posant son bras contre sa bouche. Sa dernière nuit a été particulièrement mauvaise. Il ne sait même pas si, mi bout à bout, il a dormi plus de deux heures cette nuit. Et bien qu’est-ce que tu attendes pour t’assoupir ? Personne ne te dira rien, personne ? Peut-être qu’elle a raison, cette voix de la conscience. Il se détend, prends appuie sur le mur derrière lui et ferme les yeux, inspirant doucement. Et s’il ne dormait pas une fois, s’il tentait juste de se reposer sans rêver. Ce serait tellement bien, tellement bien. De ne pas être mis un échec par un rêve quelconque. Et puis, il aura tout l’occasion de dormir autant qu’il veut dans le parc, de s’étendre dans l’herbe, ce sera nettement mieux que dans un magasin. Et surement mieux perçu. De toute façon, on le réveille. La vendeuse. Eleonora a fini. Il se redresse, s’étirant avant d’observer la tenue en penchant la tête. Pourquoi pas après tout. Il aurait bien vu un peu plus de couleur mais finalement peut être pas. Et puis, cela lui va bien , lui, vêtu d’un jeans et d’un tee shift imprimé de texte en latin dans tous les sens , texte qui ne veut absolument rien dire , bleu sur fond blanc . Pour la couleur, on repassera.

« L’important, c’est que ça te plaise. Moi je trouve ça bien. Sobre mais bien. Après, je n’ai pas tellement l’habitude de juger la manière de s’habiller d’une jeune femme. Ma sœur n’a que cinq ans. »


Il se lève et se dirige vers la caisse pour aller payer, faisant signe à la vendeuse qu’Eleonora gardera la tenue sur elle.

« Maintenant, c’est toi qui guide, je te suis. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Eleonora Endrizzi
Fidèle

Messages : 50
Messages RP : 43
Bénédiction : Maîtrise de la Lumière - Niveau 3
Métier : Professeur de sciences à la faculté Saint-Alexandre.
Habitation : Quartier résidentiel.
Fiche : Ici !

MessageSujet: Re: Cognito ad dormiendum venit    Ven 13 Sep - 22:56

Eleonora tourna un instant sur elle-même, s'inspectant sous toutes les coutures, se demandant encore si elle était vraiment dans son propre corps. C'est vrai, on pourrait penser que le style ne la changeait pas trop, mais au final, c'était un profond bouleversement pour elle qui ne cherchait pas vraiment à s'habiller pour se mettre en valeur mais plutôt pour se faire le plus discrète possible. Un bouleversement qui n'était peut-être pas si désagréable au fond. Peut-être, à l'avenir, prendrait-elle plus le temps de connaître les vendeuses de la boutique où elle avait l'habitude d'aller et d'écouter leurs conseils plutôt que d'essayer de les fuir. Elle sourit timidement, fière d'elle. Mais aussi terriblement gênée de voir, qu'effectivement, Erich avait bel et bien décidé de payer.

"D...d'accord m... mais... tu n'aurais pas dû payer, j'aurais pu le faire..."

Elle avait prononcé ces mots une fois qu'ils étaient tous deux sortis de la boutique de vêtements. Elle se sentait pour le coup profondément redevable et ce n'était pas une situation qui la mettait très à l'aise. Elle trouverait un moyen de le remercier, mais pour l'instant, un nouveau trajet en tramway les attendait jusqu'au vaste parc de la place Saint-Alexandre.

Et Eleonora se sentit revivre lorsqu'ils se retrouvèrent à traverser l'une des larges allées bordées d'arbres du parc. Un calme palpable saupoudré du chant délicieux des oiseaux. C'était effectivement ringard et cliché au possible, mais cela lui plaisait. Apercevant la Basilique, et donc l'Université, un peu plus loin, quelques sombres pensées vinrent tacher le ciel bleu qui s'était dessiné dans la tête de la jeune professeur, mais elles s'estompèrent bien vite à la vue d'un endroit au calme, c'est-à-dire qui n'était pas déjà pris d'assaut par couples et étudiants, où ils pourraient tranquillement profiter de l'ombre d'un vieil arbre.

"Ici, ça me semble bien !"

Et c'est relativement enjouée qu'Eleonora entreprit de rejoindre ce fameux arbre au pied duquel elle étrenna son nouveau pantalon en s'asseyant maladroitement dans l'herbe. Ce n'est pas comme si elle en avait franchement l'habitude. Après un instant passé, silencieuse, à contempler une statue disposée un peu plus loin, la petite blonde prit la parole.

"J... je n'étais pas vraiment... emballée... lorsque tu m'as dit qu'on allait sortir m... mais... au final... c'était peut-être... une bonne idée..."

Elle avait dit ça les yeux de nouveau rivés sur ses vêtements qu'elle remettrait très certainement dans les jours à venir. Puis, Eleonora se plongea de nouveau dans un profond silence, parcourant du regard l'étendue du parc, s'arrêtant parfois pour contempler un monument intelligemment posé à cet endroit ou simplement pour suivre de ses yeux bleus le vol d'un couple d'oiseaux. Elle continua ainsi jusqu'à ce que son attention se porte sur une odeur sucrée qu'elle constata émaner d'un vendeur de crêpes qui devait certainement avoir sa petite place habituelle ici, histoire de régaler petits et grands.

"J... je sais qu'on a mangé il y a peu mais t... tu en veux une ? Ça... ça me ferait plaisir..."

Ce n'était pas grand chose, mais cela la ferait se sentir un petit peu utile.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Erich Maria Obermeyer
Fidèle

Messages : 28
Messages RP : 20
Bénédiction : Oniromancie
Métier : Etudiant

MessageSujet: Re: Cognito ad dormiendum venit    Lun 16 Sep - 1:52

Erich la suit, silencieux. Pourquoi aurait-elle du payer. C’était son idée, à lui, c’était donc normal que, hors repas parce qu’elle aurait dû manger quelque part et donc payer, ce soit lui qui paie tous les frais qui n’aurait pas eu lieu d’être s’il n’était pas intervenu, s’il ne l’avait pas sortie de son carcan professoral, de celui de la faculté. Parce que peut être qu’elle regretterait cette après-midi par la suite. Qu’avec le recul, elle trouve cette escapade d’un ennui mortel, sans intérêt, d’un intérêt bien moins grand que ses formules mathématiques et physique. Mais ce genre de jeu se pratique seul, sortir se fait plus facilement en groupe, à deux tout du moins .Et puis lui-même, son métier de grand frère l’avait beaucoup accaparé dernièrement, l’empêchant de faire, de ce fait, ce genre de sortir. Elise et Mattaus sont encore petit, le Vatican entièrement piéton, leur faire prendre le tramway fatiguant et ils ne peuvent pas beaucoup marcher. La dernière fois qu’il a surestimé leur force, il lui a fallu les ramener, Mattaus accroché sur son dos, Elise endormie dans ses bras. Il lui avait fallu beaucoup de temps, à cause de son mauvais sommeil pour rattraper la fatigue accumulée

Ils arrivent au parc, enfin et sitôt l’endroit désigné par Eleonora, Erich se couche dans l’herbe, en étoile, inspirant et fermant les yeux. Du repos, juste du repos. La situation est agréable, le temps est agréable, les conditions sont réunis pour un peu de repos. Il ne veut pas lui dire que la fatigue le taraude déjà, qu’il sait qu’il risque de s’endormir d’un moment à l’autre. Paupière clauses, il écoute attentivement ce qu’il y a autour de lui, ce qui se passe. Le vent dans les branches de l’arbre. Les bruits de discutions multiples au loin. Les pas. Les jeux d’enfants. Puis la femme enfant prend la parole et seulement à ce moment-là, Mae s’autorise un sourire. Elle trouve que cette initiative est une bonne idée. Et cela lui suffit, à lui, cela veut dire qu’il a réussi ses objectifs. Elle lui propose une crêpe et Erich ne réponds pas, pas tout de suite
« Tu me semblais … si triste tout à l’heure , si craintive , j’avais l’impression que quelqu’un ou quelque chose allait te manger … Alors je me suis dit en repensant à ce que ta mère dit à la mienne, à ce que je sais des autres étudiants , bien sûr en faisant la part du vrai et du faux , je me suis dit que tu n’avais jamais essayer d’être « comme les autres . » En quelque sorte , je voulais te prouver que cela pouvait être bien d’être comme deux jeunes adultes et d’agir comme tel … Surtout te prouver que tu en étais parfaitement capable, tu en es d’ailleurs parfaitement capable, la preuve , tu n’as pas besoin de te sous-estimer comme ça . Tu as juste besoin d’un petit coup de pouce ou d’un coup de pied à la fesse, ça dépend des points de vu. Donc j’ai ouvert une porte, à toi de faire en sorte de ne pas la refermer pour trouver des amis et peut être plus. Tu ne crois pas que cela te plairait ? »

Erich prends appuie sur ses coudes et se redresse un peu
« Tu n’es pas obligé de m’offrir quelque chose, j’ai déjà eu mon remerciement. Promis, je ne te demanderais même pas des points en plus et je ne te soutirerais pas non plus les questions du prochain examen. »

Il avait dit la fin sur un ton de plaisanterie, espérant qu’elle comprenne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Eleonora Endrizzi
Fidèle

Messages : 50
Messages RP : 43
Bénédiction : Maîtrise de la Lumière - Niveau 3
Métier : Professeur de sciences à la faculté Saint-Alexandre.
Habitation : Quartier résidentiel.
Fiche : Ici !

MessageSujet: Re: Cognito ad dormiendum venit    Lun 16 Sep - 19:35

Eleonora n'avait jamais imaginé, ou si peu, qu'il était si simple de voir lorsqu'elle était paniquée et terrifiée. Quoi qu'à bien y réfléchir, elle se rendit compte qu'elle était en effet particulièrement expressive, pour son plus grand malheur. Alors, à l'énoncé de toutes les vérités qu'Erich était en train de dire, Eleonora se fit un peu plus sombre, sachant à quel point ce portrait était fidèle. Être comme les autres, hein ? Oui, elle n'y avait jamais vraiment mis de la bonne volonté, mais après tout, ce n'était pas comme si les autres, justement, semblaient vouloir la considérer comme eux.

"Et peut-être plus, hein..."

Un murmure un peu triste, alors que visages et rêveries défilaient d'un coup dans sa tête. Elle revoyait celles et ceux qu'elle considérait un peu, parfois énormément, comme des héros parce qu'ils avaient eu la bonne idée de l'aider, elle qu'on ignorait plutôt, en général, parce que c'était plus simple. Et un petit sourire, rêveur lui aussi, effaça son humeur soudainement morose. Pourquoi pas, après tout. Elle aussi y avait droit, certainement.

La jeune professeur se leva d'un seul coup, et, ignorant les dernières paroles de l'étudiant, se dirigea en direction du vendeur, bien décidé à faire ce qu'elle voulait faire. Et c'est tout sourire qu'elle revint vers Erich, auquel elle confia une sucrerie encore chaude. Il en ferait ce qu'il voudrait.

De son côté, Eleonora se laissa aller à la gourmandise, tant elle était plus savoureuse que lorsqu'elle devait manger seule dans son coin, cherchant à éviter à tout prix de tomber nez-à-nez avec quelqu'un.

Levant les yeux au ciel, elle espéra que cette journée pleine d'expériences nouvelles l'aiderait à s'affirmer, à changer. Ne serait-ce qu'un peu.

[HRP: J'imagine que tu peux encore répondre un petit quelque chose, si tu le veux, pour conclure, mais sinon on peut aussi finir sur ce post je pense !]
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Cognito ad dormiendum venit    

Revenir en haut Aller en bas
 

Cognito ad dormiendum venit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Quartier Historique
 :: La Basilique Saint-Alexandre :: La Faculté Saint-Alexandre
-